lundi 9 mars 2015

Bright Young Things – Anna Godbersen





Après avoir connu le succès avec sa série Luxe, Anna Godbersen a publié une trilogie se déroulant dans les années folles. Le premier tome, que j’ai lu en VO s’appelle Bright Young Things, mais la trilogie est entièrement parue en français.

Letty Larkspur and Cordelia Grey escaped their small Midwestern town for New York's glittering metropolis. All Letty wants is to see her name in lights, but she quickly discovers Manhattan is filled with pretty girls who will do anything to be a star....

Pourquoi je l’ai acheté?

            Je voulais le lire dans le cadre du Challenge Chacun son époque et le résumé me plaisait pas mal.

Mon avis

            Je vous ai déjà fait le coup du : « je ne sais pas si j’ai plutôt envie de mettre le feu au livre ou à moi-même pour m’infliger cette torture » à propos de la suite du Diable s’habille en Prada. J’ai souffert pour lire ce bouquin, tellement il n’a rien pour lui. On nous dit à la première page que l’une d’entre elle sera morte, qu’une sera connue et la troisième, mariée. Chaque fois qu’il y en avait une qui montait dans une voiture j’avais envie qu’elle meure.

L’ambiance années 20 est vraiment mal rendue, ce n’est pas parce que tu décris trois robes, que l’on imagine tout de suite l’atmosphère particulier qui régnait à New York à cette période. Toute l’excitation et la vie trépidante sont absentes de ce livre, on a pas du tout l’impression que le cœur des filles bat plus vite, que les couleurs sont plus brillantes, que la vie est un jeu. Non tout est plat, oui New York est une belle ville, les gens font un peu la fête, mais ça s’arrête là.

            Ça commençait mal dès les premières pages avec un des actes les plus égoïstes au monde par Cordelia. Il s’avère en fait que ce n’était pas un hasard, l’auteure a décidé qu’un de ses personnages principaux serait écervelé et égoïste, ça arrive. Mais plus je lisais et plus elle m’énervait. J’avais envie de lui mettre des gifles tellement elle se comportait stupidement.

            Les deux autres filles Letty et Astrid sont tout aussi idiotes. L’une qui ferait n’importe quoi pour devenir une star, mais qui en fait non ne ferait pas grand-chose. L’auteur nous répète à l’envie qu’elle est petite, alors je suis d’accord qu’on décrive en détail un personnage, mais je pense qu’au bout de la 150ème fois que tu utilises le mot petite on a compris, on n’est pas aussi débile que Cordelia, merci ! Et l’autre petite fille gâtée qui fait des caprices, qui use de son charme à tout va, sur n’importe qui et juste pour s’amuser, qui « fait payer » sont comportement à Charlie en se conduisant comme la pire des petites filles boudeuses, mais qui pardonne à la première occasion.

            Le scénario me pose un vrai problème tellement il manque de crédibilité. Après une mini dispute, les deux amies qui viennent de débarquer du Midwest ensemble, qui se connaissent depuis qu’elles sont nées, décide qu’après une journée passée en compagnie l’une de l’autre à New York, elles ne peuvent plus se supporter. Et Darius Grey, très grand bootlegger, multi millionnaire, qui n’a jamais vu sa fille accueille Cordelia à bras ouvert, sans lui demander de preuve de son identité ? Comme je veux pas vous spoiler je me contente des deux gros problèmes dans les 30 premières pages, mais il en a d’autre à mon avis.

            Les stéréotypes débiles du genre les femmes sont des petites choses fragiles qui ne peuvent rien faire correctement et qui ont toujours besoin des hommes se compte par dizaine. En plus, le seul critère qu’elles utilisent pour choisir leur copain, c’est la voiture qu’il conduit… oui ça semble logique.

            Donc en gros, une ambiance vraiment pas vibrante, des personnages à vous donner envie de vous écorcher vive, une pelletée de stéréotype misogyne et un scénario digne d’un enfant de 12 ans, autant dire que je me suis pas éclatée en lisant ce bouquin et que je ne compte pas lire la suite.     

Ma note : 1/5
  

J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge "Chacun son époque"


2 commentaires:

  1. Oh non ! Il est dans ma wishlist ! J'avais pourtant bien aimé sa saga The Luxe ! Bon, je le lirai quand même pour me faire une idée mais du coup, je vais peut être me le prendre en poche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas lu la saga Luxe donc j'ai pas de point de comparaison! Mais bon moi ca m'aurait fait mal au ventre de le payer plein prix pour ça, heureusement que je l'avais trouvé sur Book Outlet.
      Et c'est peut-être juste moi qui suis trop sensible à ce genre de problèmes dans un livre.

      Supprimer